2011 – 2012

Les roses trémières
Sol et Corolles

Ce qui construit le regard de chacun de nous à son insu.
Je l’ai initié, enseigné avec conviction, il me reste le souhait de partager le désir et le combat, comment voir quand comme je le présuppose le regard donne corps.

C’est un champ donné à la conscience du geste et cependant tout autant à l’inconscient, à la maîtrise ou au hasard de la main, il se passerait quelque chose de très rassurant à ce que cela ne soit pas occulté.
Je pense que les technologies d’une époque transforment les attitudes, les modes de vie, de penser, la façon de sentir et de ressentir.
Mon geste de peintre se voudrait porteur de cette ambition, une utopie d’arbres maisons, de rythmes lents, de silences harmoniques. Une sensibilisation aux brins d’herbes, au plaisir de les voir pour se garder plus humain.

Exalter l’enchantement et la curiosité pour les lieux de Nature par l’expression picturale, c’est préserver un lien entre nature et culture, c’est le voir non plus comme une opposition mais une source maintenant le flux des émotions et des sensations qui irrigue les zones de la conscience et notre manière d’être au monde.